Remplacer les pets-de-soeurs

19 jours sans réseaux sociaux et ça va bien. Je dirais même très bien.

Pour être honnête, mon regard sur les réseaux sociaux a complètement changé en très peu de temps. Ma plus grande réalisation à date, c’est que je n’avais pratiquement aucun contrôle sur la qualité de l’information qui se rendait jusqu’à moi.

À titre comparatif, imaginez déléguer la gestion de votre alimentation à un inconnu.

Appelons cet inconnu Vince.

Le problème avec Vince, c’est que son seul objectif, c’est de vous faire consommer beaucoup de nourriture, et ça le plus souvent possible. Pour se faire, Vince vous suit à l’épicerie et walisse des articles dans votre panier sans trop vous consulter. En fait, Vince se base sur ce que vous finissez ultimement par manger, mais il ajoute des nouveaux articles au hasard une fois de temps, juste pour voir.

Le problème avec ça, c’est qu’au final, c’est Vince qui décide, pas vous. Pire que ça, il se fout pas mal de vos résolutions ou de la qualité de ce que vous vous mettez sous la dent. Il veut juste repousser les limites de votre estomac.

Vous vouliez manger une salade de kale? Trop tard, vous avez maintenant une montagne de pets-de-sœur dans votre assiette (avec une feuille de kale su’le top, si vous êtes chanceux.)

Pi une fois que c’est devant vous, c’est votre problème. Ne pas manger de pets-de-sœurs, ça demande de la volonté, et la volonté, c’est une ressource précieuse.

Parallèlement, s’il y a bien une chose qui m’a permis de changer graduellement et positivement ma diète, c’est le contrôle que je réussi à avoir durant mes visites à l’épicerie. Si c’était juste de Vince, je serais sûrement en train de manger des bâtonnets de beef jerky trempés dans la crème glacée au Oréo.

Heureusement pour moi, ce n’est pas le cas. Pour être honnête, une fois qu’on peut voir (et surtout ressentir) les effets d’une bonne diète, c’est facile de garder des habitudes alimentaires saines. En fait, ça devient même difficile de revenir en arrière.

Et c’est ce que je commence à ressentir avec les réseaux sociaux.

Je ne fais pas une croix sur Facebook (ou encore moins les pets-de-soeurs), mais un jeûne permet de prendre du recul et tracer une limite saine vis-à-vis ce qu’on consomme.

Ça permet de choisir soit même les matériaux qu’on va utiliser pour construire la personne qu’on veut devenir.

Ça permet de remplacer les pets-de-sœur par du kale.

Vince Simar